feuilleter plutôt par… ordre chronologique des peintures
Décembre 1961
dimensions : L55xH65 cm
support : bois, toile de lin collée sur panneau de contreplaqué
technique : huile
dominante(s) : rouge, vert

Citation à l’indéfinissable sourire, indéfinissable pose, indéfinissables pensées dans un décor qui, s’il n’est pas italien et de la Renaissance, n’en est pas moins mystérieux et évident, comme un chemin qui s’ouvre sans que l’on sache où il mène.

Il y a "un ange au visage grave" qui s’éclaire malgré tout, la tête dans des nuages clairs, ses pensées sont pointues et enchevêtrées, pruniers sans fleurs qui ne viennent pas d’Italie mais du Japon et de Giverny, les pétales se sont envolés, on les a peut-être arrachés, un enfer monte, ici — et agrippe l’ange, une main noire en bas — des fantômes peut-être. Les arbres sont feuillus comme se doivent d’être des arbres en bord de route, et, à la fois, dénudés, figés dans la rigueur d’un hiver de raison qui est aussi mystère d’un printemps de désir, il faut voir ce regard sur cette peinture, elle aussi, dénudée.

Chemin de terre en 1961. Vague du regard, attente, désir, questionnement ? Qu’est-ce qui est tenu entre les doigts et traverse le cadre, si ce n’est un pinceau géant, obscène ? Aucun geste n’est attendu, le temps est suspendu, ou plutôt ralenti (des nuages passent), un œil se ferme (à notre droite) l’autre doit s’ouvrir ou on ne sait pas, indéfinissable action à venir. À moins que les yeux s’ouvrent à peine d’une nuit de rêves passés dans la peinture, et ce regard tourné comme le chemin, hors cadre, forcément hors cadre, où l’on ira en quittant le tableau des yeux.

*

Il y a un autre tableau, une autre "Joconde" — on pense aussi à Modigliani, le dictionnaire des références évolue avec une lecture du temps — avec un regard aussi vague, avec un paysage plus calme, moins menaçant, peinte quelques mois plus tôt. Cadrage un peu plus serré, moins de décor, moins de précisions qui en font une peinture plus précise puisque le personnage prend plus de place et d’impression. (Suite plus tard)