feuilleter plutôt par… ordre chronologique des peintures
Novembre 1966
dimensions : L65xH81 cm
support : toile
technique : huile
dominante(s) : noir

Si l’on écrivait une Histoire de la peinture, irait-on voir dans les salons, les caves et les combles, sur tous ces murs invisibles, comment elle est accrochée ?

Y est-elle reproduite, copiée, pastichée ? Est-ce qu’on lui rend hommage ou est-ce qu’on la critique ? Est-elle là pour comprendre et alors quoi ? Est-ce que les murs sont peints comme dans les musées, en blanc ? (Les murs des musées sont-ils toujours blancs ?) Dit-on "cimaise" ou "ficelle" ?

La peinture est sombre, on ne joue pas avec la peinture, avec elle on se pose des questions, on joue à moitié disons, car on aura pas les réponses.

On s’est frotté les yeux, un fil de mémoire persiste mais nous sommes si peu transparents à nous-mêmes, des vraies nuits, nous avons perdu nos couronnes, l’ambivalence nous ouvre les yeux, il faut peser, le pour, le contre, percer un mystère, les mystères. On cherche la klé, on trouve l’étonnement. On finit par jouer une carte qui n’est pas dans le jeu.